C63

From SAS
Jump to: navigation, search

Representative Bill Foster (D–IL) is leading an effort to encourage U.S. regulators to allow volunteers to be infected with the pandemic coronavirus to speed vaccine testing.

United States should allow volunteers to be infected with coronavirus to test vaccines, lawmakers argue

By Jon CohenApr. 21, 2020 , 11:55 AM

Science’s COVID-19 reporting is supported by the Pulitzer Center.

Political support is building for regulators in the United States to embrace the controversial strategy of intentionally infecting volunteers with the virus that causes COVID-19 in order to test experimental vaccines. Such human challenge trials could greatly accelerate the development of an effective vaccine, 35 members of the House of Representatives argue in a letter sent yesterday to the heads of the U.S. Food and Drug Administration (FDA) and its parent agency, the Department of Health and Human Services (HHS).

“[A] more risk-tolerant development process is likely appropriate in the case of a COVID-19 vaccine,” write the group of lawmakers, which includes both Democrats and Republicans. “The enormous human cost of the COVID-19 epidemic alters the optimization of the risk/benefit analysis.”

The lawmakers also back the idea of parallel, simultaneous testing of different doses of a vaccine—as opposed to the traditional practice of sequential testing that, for safety reasons, begins by giving trial participants the lowest dose first and then ratchets up. Parallel testing could more quickly move a candidate vaccine from small studies that look only at safety and immune responses to larger ones that actually assess efficacy, the letter notes.

The letter was spearheaded by Representatives Bill Foster (D–IL), a physicist, and Donna Shalala (D–FL), former HHS secretary. “This is designed as much as anything to give the FDA political cover” needed to approve challenge trials, Foster tells ScienceInsider. “The FDA must be worried that they’re going to have these trials, something bad is going to happen, there’ll be a bad story in the newspaper about a sympathetic person who got unlucky in one of these trials and didn’t survive. And then Congress is going to go and say: ‘Let’s have a hearing on this,’ and start dragging them in. … One of my goals in here was to let them know that Congress understands that there are no risk-free paths here.”

According to the latest tally by the World Health Organization (WHO), 76 vaccine candidates are already under development around the world. Five have moved into clinical trials. But public health officials have cautioned that, from start to finish, it takes at least 1 year—and more likely 18 months—to prove whether a candidate is safe and effective. And that’s if no problems surface.

Stanley Plotkin, a leading vaccine researcher at the University of Pennsylvania who has advocated human challenge studies for COVID-19 vaccines, welcomes the congressional show of support. “It is urgent that authorities like FDA and WHO give challenge studies immediate consideration, as they could speed up the use of vaccines even before formal licensure that would depend on additional data,” Plotkin says.

In theory, challenge trials could enroll volunteers who are at low risk of harm from the virus that causes COVID-19—dubbed SARS-CoV-2—such as young adults who rarely develop serious symptoms after becoming infected naturally. “Our situation in this pandemic is analogous to war, in which there is a long tradition of volunteers risking their health and lives on dangerous missions for which they understand the risks and are willing to do so in order to help save the lives of others,” the letter states. “Every week of delay in the deployment of a vaccine to the seven billion humans on Earth will cost thousands of lives.”

Critics of human challenge studies note that many unknowns remain about SARS-CoV-2. Conducting proper studies would require time to grow the viruses to be used in the challenges under sterile conditions and to determine the optimal challenge dose. What’s more, Sinovac, a Chinese company that began clinical trials of its COVID-19 vaccine last week, says it may complete the first two phases of testing by the end of June and seek regulatory approval for emergency use of their candidate in high-risk people like health care workers, which is another way to shortcut answers to whether a product is safe and effective.

Foster counters that testing a vaccine in health care workers who are needed in a hot spot also has risks, as it might take them out of work for a time. He hopes the letter “just makes the FDA a little less scared,” stressing that “it’s pretty clear that the only way we’re really finally going to get out of this [pandemic] is when we have an effective vaccine.”

Speed coronavirus vaccine testing by deliberately infecting volunteers? Not so fast, some scientists warn

By Jon CohenMar. 31, 2020 , 5:20 PM

Science’s COVID-19 reporting is supported by the Pulitzer Center.

As desperately as the world wants a shot that provides protection from the new coronavirus afflicting one country after another, proving that a vaccine works safely can be painfully slow. Clinical trials start with small numbers of people and at first only look for side effects and immune responses, slowly building up to a large study that tests efficacy—a process that will take at least 1 year for the new virus. But as the scale of the pandemic becomes clearer, a provocative, ethically complicated proposal to shave many months off that timeline is gaining traction: Give people an experimental vaccine and then deliberately try to infect them.

Stanley Plotkin of the University of Pennsylvania, inventor of the current rubella vaccine and a leader in the vaccine field, says a carefully designed “human challenge” trial could offer clear proof of a vaccine’s worth at blinding speed. “We’re talking 2, 3 months,” says Plotkin, who has co-authored a commentary, now being submitted for publication, that describes how this might be ethically done. “People who are faced with a terrifying problem like this one will opt for measures that are unusual. And we have to constantly rethink our biases.” A similar proposal for coronavirus challenge studies was published online today in the Journal of Infectious Diseases.

Human challenge studies have been done for 2 centuries, and some continue today for influenza, dengue, cholera, and other infectious diseases. But as far back as the first vaccine in 1796, when Edward Jenner proved that giving cowpox to an 8-year-old boy protected him from injections with the deadly smallpox virus, the approach has raised concerns. Today, such trials have careful study designs and undergo extensive ethical reviews.

Yet even researchers who now conduct them argue against human challenges for the new coronavirus. Matthew Memoli, an immunologist at the U.S. National Institute of Allergy and Infectious Diseases who stages human challenge studies of influenza, notes that COVID-19 is so new it is not clear how often the virus makes people seriously ill or leaves them with long term complications. “Where you’re going to give somebody a virus on purpose, you really want to understand the disease so that you know that what you’re doing is a reasonable risk,” Memoli says.

He also questions how quickly a proper human challenge of the new pathogen could be done. The challenge virus would first have to be grown under contamination-free, high-quality standards, and researchers would also have to determine the proper dosing of the challenge virus with, say, a monkey model, and confirm the dose in unvaccinated people.

Myron Levine, a vaccine researcher at the University of Maryland School of Medicine who has conducted challenge experiments for more than 40 years, doubts traditional clinical trials for COVID-19 vaccine candidates will be as slow as some fear. “I think we’re going to move very, very fast,” he says. Because of the high levels of new infections occurring in many places, conventional trials will reveal a vaccine’s worth on the same timeline as a human challenge. “I cannot imagine that it would be ethical and would really speed up what we have to do.”

Plotkin and other proponents of coronavirus challenge studies say risks could be reduced by only enrolling young adults—say, 18 to 30 years old—who the data so far suggest rarely suffer severe symptoms. To further reduce the risks, the challenge could use a coronavirus strain from a person who had mild symptoms, a natural virus weakened in the laboratory, or a labmade mimic with certain key genes, such as the surface “spike” protein, stitched into a different, harmless virus. These would not reveal whether the vaccine being challenged protected against symptomatic COVID-19, but researchers theoretically could determine whether it reduced the ability of the virus to copy itself and might also reveal which immune responses confer protection.

Levine and Memoli agree that the risks would become more acceptable if an effective drug for COVID-19 were available. And Seema Shah, a bioethicist at Northwestern University who also has strong misgivings, says the ethical scales might tip in favor of the experiment if the volunteers were people already “trained to take on these risks,” like health care workers.

Shah would like to see a standing committee set up to address the ethics of challenge trials, especially during outbreaks, and spell out when they are justified. “The public is not familiar with these trials,” Shah says. “They sound completely counterintuitive and opposed to the standard notion of what researchers or doctors are supposed to be doing.”

She adds that given the urgency, the vaccine community would be wise to work out all the devilish details sooner rather than later. “We’re all going through these complicated emotions right now,” Shah says. “If we’re going to say we’re making an exception to the standard way we do things, then we really have to get that right.”


Traduit par Google

Le représentant Bill Foster (D – IL) mène un effort pour encourager les autorités de réglementation américaines à permettre aux volontaires d'être infectés par le coronavirus pandémique afin d'accélérer les tests de vaccination.

Les États-Unis devraient autoriser les volontaires à être infectés par le coronavirus pour tester les vaccins, selon les législateurs

Par Jon CohenApr. 21, 2020, 11:55 AM

Le reporting COVID-19 de Science est soutenu par le Pulitzer Center.

Aux États-Unis, le soutien politique se renforce pour que les régulateurs adoptent la stratégie controversée d'infecter intentionnellement des volontaires avec le virus qui cause COVID-19 afin de tester des vaccins expérimentaux. De tels essais de provocation humaine pourraient accélérer considérablement le développement d'un vaccin efficace, affirment 35 membres de la Chambre des représentants dans une lettre envoyée hier aux chefs de la Food and Drug Administration des États-Unis (FDA) et à son agence mère, le Department of Health and Services humains (HHS).

«[Un] processus de développement plus tolérant aux risques est probablement approprié dans le cas d'un vaccin COVID-19», écrit le groupe de législateurs, qui comprend à la fois des démocrates et des républicains. «L'énorme coût humain de l'épidémie de COVID-19 modifie l'optimisation de l'analyse risques / avantages.»

Les législateurs soutiennent également l'idée de tests parallèles et simultanés de différentes doses d'un vaccin - par opposition à la pratique traditionnelle des tests séquentiels qui, pour des raisons de sécurité, commence par donner aux participants à l'essai la dose la plus faible en premier, puis à cliquet. Les tests parallèles pourraient faire passer plus rapidement un vaccin candidat de petites études qui ne portent que sur l'innocuité et les réponses immunitaires à de plus grandes qui évaluent réellement l'efficacité, note la lettre.

La lettre a été dirigée par les représentants Bill Foster (D – IL), physicien, et Donna Shalala (D – FL), ancienne secrétaire du HHS. "Ceci est conçu autant que n'importe quoi pour donner à la FDA une couverture politique" nécessaire pour approuver les essais de contestation, a déclaré Foster à ScienceInsider. "La FDA doit être inquiète de devoir subir ces essais, quelque chose de grave va se produire, il y aura une mauvaise histoire dans le journal au sujet d'une personne sympathique qui n'a pas eu de chance dans l'un de ces essais et n'a pas survécu. . Et puis le Congrès va aller dire: «Écoutons ça» et commencer à les entraîner.… Un de mes objectifs ici était de leur faire savoir que le Congrès comprend qu'il n'y a pas de voies sans risque ici. "

Selon le dernier décompte de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 76 vaccins candidats sont déjà en cours de développement dans le monde. Cinq ont entamé des essais cliniques. Mais les responsables de la santé publique ont averti que, du début à la fin, il faut au moins 1 an - et plus probablement 18 mois - pour prouver si un candidat est sûr et efficace. Et c'est si aucun problème n'apparaît.

Stanley Plotkin, un éminent chercheur sur les vaccins à l'Université de Pennsylvanie qui a préconisé des études sur les défis humains pour les vaccins COVID-19, se félicite de la manifestation de soutien du Congrès. «Il est urgent que les autorités comme la FDA et l'OMS accordent une attention immédiate aux études de provocation, car elles pourraient accélérer l'utilisation des vaccins avant même l'homologation officielle qui dépendrait de données supplémentaires», explique Plotkin.

En théorie, les essais de provocation pourraient recruter des volontaires à faible risque de dommages causés par le virus à l'origine du COVID-19 - surnommé SARS-CoV-2 - tels que les jeunes adultes qui développent rarement des symptômes graves après avoir été infectés naturellement. "Notre situation dans cette pandémie est analogue à la guerre, dans laquelle il existe une longue tradition de volontaires risquant leur santé et leur vie dans des missions dangereuses pour lesquelles ils comprennent les risques et sont disposés à le faire afin de sauver la vie des autres, »Indique la lettre. «Chaque semaine de retard dans le déploiement d'un vaccin pour les sept milliards d'humains sur Terre coûtera des milliers de vies.»

Les critiques des études sur les défis humains notent que de nombreuses inconnues demeurent sur le SRAS-CoV-2. La réalisation d'études appropriées nécessiterait du temps pour développer les virus à utiliser dans les épreuves dans des conditions stériles et pour déterminer la dose d'épreuve optimale. De plus, Sinovac, une société chinoise qui a commencé la semaine dernière des essais cliniques de son vaccin COVID-19, a déclaré qu'elle pourrait achever les deux premières phases des tests d'ici la fin juin et demander l'approbation réglementaire pour une utilisation d'urgence de son candidat dans les pays à haut risque. les gens aiment les travailleurs de la santé, ce qui est un autre moyen de raccourcir les réponses pour savoir si un produit est sûr et efficace.

Favorisez le fait que tester un vaccin chez les travailleurs de la santé qui sont nécessaires dans un point chaud présente également des risques, car cela pourrait les retirer du travail pendant un certain temps. Il espère que la lettre «rend juste la FDA un peu moins effrayée», soulignant qu '«il est assez clair que la seule façon de vraiment sortir de cette [pandémie] est de disposer d'un vaccin efficace».


Accélérer les tests de vaccination contre les coronavirus en infectant délibérément des volontaires? Pas si vite, avertissent certains scientifiques

Par Jon CohenMar. 31, 2020, 17:20 PM

Le reporting COVID-19 de Science est soutenu par le Pulitzer Center.

Aussi désespérément que le monde veut un vaccin qui protège contre les nouveaux coronavirus qui affligent un pays après l'autre, prouver qu'un vaccin fonctionne en toute sécurité peut être douloureusement lent. Les essais cliniques commencent avec un petit nombre de personnes et ne recherchent dans un premier temps que les effets secondaires et les réponses immunitaires, puis s'appuient lentement sur une grande étude qui teste l'efficacité - un processus qui prendra au moins 1 an pour le nouveau virus. Mais à mesure que l'ampleur de la pandémie devient plus claire, une proposition provocante et éthiquement compliquée de raser de nombreux mois cette chronologie gagne du terrain: Donnez aux gens un vaccin expérimental, puis essayez délibérément de les infecter.

Stanley Plotkin de l'Université de Pennsylvanie, inventeur du vaccin actuel contre la rubéole et leader dans le domaine des vaccins, affirme qu'un essai de «défi humain» soigneusement conçu pourrait offrir une preuve claire de la valeur d'un vaccin à une vitesse aveuglante. "Nous parlons de 2, 3 mois", explique Plotkin, qui a co-écrit un commentaire, actuellement soumis pour publication, qui décrit comment cela pourrait être éthiquement fait. «Les personnes confrontées à un problème terrifiant comme celui-ci opteront pour des mesures inhabituelles. Et nous devons constamment repenser nos préjugés. » Une proposition similaire pour des études de provocation sur les coronavirus a été publiée aujourd'hui en ligne dans le Journal of Infectious Diseases.

Des études sur les défis humains ont été réalisées pendant 2 siècles, et certaines se poursuivent aujourd'hui pour la grippe, la dengue, le choléra et d'autres maladies infectieuses. Mais dès le premier vaccin en 1796, quand Edward Jenner a prouvé que donner la vache à un garçon de 8 ans le protégeait des injections du virus de la variole mortel, l'approche a soulevé des préoccupations. Aujourd'hui, ces essais ont des plans d'étude minutieux et font l'objet de revues éthiques approfondies.

Pourtant, même les chercheurs qui les mènent aujourd'hui argumentent contre les défis humains du nouveau coronavirus. Matthew Memoli, immunologiste à l'Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses qui organise des études sur les défis humains de la grippe, note que COVID-19 est si nouveau qu'il n'est pas clair à quelle fréquence le virus rend les gens gravement malades ou les laisse avec des complications à long terme . «Lorsque vous allez donner à quelqu'un un virus à dessein, vous voulez vraiment comprendre la maladie afin de savoir que ce que vous faites est un risque raisonnable», explique Memoli.

Il se demande également à quelle vitesse un défi humain approprié du nouveau pathogène pourrait être fait. Le virus d'épreuve devrait d'abord être cultivé selon des normes de haute qualité sans contamination, et les chercheurs devraient également déterminer le dosage approprié du virus d'épreuve avec, par exemple, un modèle de singe, et confirmer la dose chez les personnes non vaccinées.

Myron Levine, chercheur en vaccins à l'École de médecine de l'Université du Maryland qui a mené des expériences de provocation pendant plus de 40 ans, doute que les essais cliniques traditionnels pour les candidats au vaccin COVID-19 soient aussi lents que certains le craignent. «Je pense que nous allons avancer très, très vite», dit-il. En raison des niveaux élevés de nouvelles infections survenant dans de nombreux endroits, les essais conventionnels révéleront la valeur d'un vaccin sur la même chronologie qu'un défi humain. «Je ne peux pas imaginer que ce serait éthique et accélérerait vraiment ce que nous devons faire.»

Plotkin et d'autres partisans des études de provocation contre les coronavirus disent que les risques pourraient être réduits en n'inscrivant que de jeunes adultes - disons, âgés de 18 à 30 ans - dont les données suggèrent jusqu'à présent rarement souffrent de symptômes graves. Pour réduire davantage les risques, le défi pourrait utiliser une souche de coronavirus d'une personne présentant des symptômes bénins, un virus naturel affaibli en laboratoire ou une imitation de laboratoire avec certains gènes clés, tels que la protéine de «pointe» de surface, cousue en un virus différent et inoffensif. Ceux-ci ne révéleraient pas si le vaccin contesté était protégé contre le COVID-19 symptomatique, mais les chercheurs pourraient théoriquement déterminer s'il réduisait la capacité du virus à se copier et pourraient également révéler les réponses immunitaires conférant une protection.

Levine et Memoli conviennent que les risques deviendraient plus acceptables si un médicament efficace pour COVID-19 était disponible. Et Seema Shah, bioéthicienne à l'Université Northwestern, qui a également de fortes réticences, dit que les échelles éthiques pourraient pencher en faveur de l'expérience si les volontaires étaient des personnes déjà "formées pour prendre ces risques", comme les travailleurs de la santé.

Shah aimerait voir un comité permanent mis en place pour traiter de l'éthique des tests de provocation, en particulier pendant les épidémies, et préciser quand ils sont justifiés. «Le public n'est pas familier avec ces procès», dit Shah. «Ils semblent complètement contre-intuitifs et opposés à la notion standard de ce que les chercheurs ou les médecins sont censés faire.»

Elle ajoute que compte tenu de l'urgence, la communauté des vaccins serait sage de travailler sur tous les détails diaboliques le plus tôt possible. "Nous traversons tous ces émotions compliquées en ce moment", explique Shah. "Si nous voulons dire que nous faisons une exception à la façon dont nous faisons les choses, alors nous devons vraiment faire les choses correctement."